L’association des troupes de Marine de l’Hérault commémorait samedi 14 septembre 2013 à BESSAN le 143ème anniversaire des combats de Bazeilles

L'ATDM 34 était accueillie, pour fêter son ‘’BAZEILLES’’ par Monsieur Robert RALUY, Maire de Bessan, et l’ensemble de la municipalité.

La cérémonie se déroula comme suit:

10H00 Office religieux en l'église Saint Pierre de Bessan
11H30 Cérémonie au monument du souvenir au cours de laquelle le colonel
HUON a remisla médaille militaire au Sergent Louis LARMANDE.
Un piquet d'honneur du 3ème Régiment de Parachutiste d'Infanterie de
Marine (RPIMa) de Carcassonne et d'un clairon du 503ème Régiment de
Train de Nîmes participaient à la cérémonie.
12H00 Inauguration du rond point "Bazeilles 1870" (rond-point du
cimetière)
Aubade et vin d’honneur offert par la municipalité sur le parvis de
l'hôtel de ville cloturaient cette journée.

 Rappel Historique : Les combats de Bazeilles

La guerre de 1870 oppose la France de Napoléon III à la Prusse de Guillaume Ier. Cette guerre, mal connue (il y a 143 ans) a permis l’unification de l’Allemagne dont tous les ‘’länder’’ se sont associés à la Prusse. Cette guerre s’est soldée par la perte des territoires d’Alsace et de Lorraine et entraîné l’établissement définitif du régime républicain en France.

La guerre commence en juillet en Alsace et en Lorraine. Très vite l’armée allemande prend l’avantage sur l’armée française du Rhin, commandée par le Maréchal BAZAINE, qui est refoulée et assiégée dans la ville de Metz. Une deuxième Armée, sous les ordres du Maréchal de MAC-MAHON, est formée au camp de Châlons-sur-Marne pour aller dégager Metz. Cette armée de secours, appelée « armée de Châlons » comprend la Division d’Infanterie de Marine.

Lors de sa difficile progression vers Metz, elle se heurte au gros des forces allemandes et doit se replier en direction de Sedan qu’elle atteint le 31 août. Le Général de VASSOIGNE, qui commande la Division d’Infanterie de Marine dite « Division Bleue », reçoit l’ordre de tenir le village de Bazeilles qui verrouille les accès sud-est de Sedan.

Dans l’après-midi du 31 août, au prix d’intenses combats, les Marsouins rejettent, à deux reprises, les Bavarois sur la rive gauche de la Meuse. Le lendemain, 1er septembre, dès 4 h 30 du matin, l’ennemi s’engouffre de nouveau dans le village et une lutte acharnée reprend entre les Marsouins et les Bavarois qui ont eux reçu des renforts considérables. Vers 11 heures, la "Division Bleue", submergée par l’adversaire, doit se replier sur les hauteurs de la Moncelle. Pour protéger leur repli, des marsouins se regroupent à la sortie nord du village, dans l’auberge de la Bourgerie que le commandant LAMBERT a commencé à transformer en fortin. Ils y résistent pendant plus de trois heures face à un ennemi très supérieur en nombre. Vers 15 heures, le capitaine AUBERT tire "la dernière cartouche" ; les survivants cessent le combat après avoir infligé de très lourdes pertes à l’adversaire.

Les Bavarois épargnent les survivants et les blessés et laissent aux rares Officiers leur sabre.

La division Bleue a perdu 2 655 hommes au cours de ce seul affrontement

Office religieux

Cérémonies